Chez moi comme chez vous...

21 juin 2011

Le livre du mardi...

9782359050233

Le lit de rose *****/5

...Quatrième de couverture...

C'était la petite fille la plus jolie de la plage. Cet été-là, il y avait la douceur du vent, la caresse de la mer, et la tiedeur du sable. Et Rose, 8 ans, "jolie comme un coeur", pleinde de bonheur et d'amour qui tourbillonnait entre ses parents si heureux. Et puis il y a eu cette drôle de chose que le docteur appelée "attaque bactérienne". Il y a eu les jolies jambes virevoltantes transformées en hideuses "pattes d'éléphante". Il y a eu l'hôpital et Rose est devenue l'enfant du lit 23. Est alors venu le temps de la souffrance, le temps de la peur et de la solitude. Le temps de découvrir un tout autre univers. Tour à tour actrice, scénariste et romancière Joëlle Miquel s'est inspirée de ses propres souvenirs d'enfant malade pour donner corp à un très beau livre, à la fois douloureux et poétique. Naïve et philisophe, courageuse et résignée, Rose raconte le monde absurde des adultes. Un monde dans lequel il faut parfois savoir parler aux étoiles pour n'avoir plus peur de la nuit...

...Mon avis...

Un petit bijou rare et précieux, nous sommes tellement désemparé face à la souffrance des enfants...

"Rose, 8 ans, naguère jolie et heureuse, se retrouve à l’hôpital.

Ses jambes ont enflé : elles sont larges comme des pattes d’éléphant. Alitée pour une période indéterminée, Rose est seule au fond du lit 23. Elle réfléchit à la solitude, à la souffrance (elle jette son calmant pour s’y confronter), mais aussi à la joie, grâce à l’écriture, et à l’amitié avec l’enfant du lit 15, une Africaine rieuse qui lui parle de Dieu. Rose noue avec ses parents une nouvelle complicité ; le couple, qui battait de l’aile, retrouve un équilibre face à la maladie.

Elle obtient de passer Noël chez elle. A son retour, l’enfant de la chambre 15 est... morte ! Rose s’enfonce dans son chagrin. Jusqu’au jour où Bouledogue, une infirmière, lui redonne goût à la vie en lui faisant écouter de la musique. Mais Bouledogue doit quitter le service... Il ne reste à Rose qu’à découvrir l’amour de son voisin de chambre, André... Ensemble, ils vont vaincre la maladie. Souvent cruel, servi par une écriture poétique et minimaliste, Le Lit de Rose, comme Sa Majesté des mouches de William Golding, recourt à la vision des enfants pour décrire la société des adultes et la découverte du mal."

Posté par Mozzarelle à 18:00 - Mes coups de coeur littéraires... - Permalien [#]